Un « ouf de soulagement » après la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle !

Publié le 22 octobre 2018     •     Catégories : Les actualités municipales

Depuis 2011, le territoire de Talmont-Saint-Hilaire est soumis à des mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse. On a ainsi pu constater, sur un axe localisé de la ville, des fissures importantes sur de nombreuses maisons mettant en danger la sécurité des biens et des personnes.

Consciente de cette situation et alertée par les riverains sinistrés, la ville de Talmont-Saint-Hilaire a sollicité, en février 2017 auprès des services de l’État, la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle. Dans un 1er temps, cette reconnaissance nous a été refusée par l’État malgré les nombreux témoignages accablants.

Devant cette décision, la ville a alors lancé une procédure juridictionnelle de contestation aux côtés d’autres communes vendéennes concernées et instruit une nouvelle demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Aussi, le maire de Talmont se réjouit de la publication au Journal Officiel en date du 20 octobre 2018, de l’arrêté du Ministre de l’intérieur actant la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse 2017.

« Sans cette reconnaissance officielle, nous aurions eu à faire face à de nombreux drames matériels et humains. C’est donc à la fois une vraie victoire et un réel soulagement pour les 73 sinistrés talmondais recensés qui vont pouvoir, dans les 10 jours, faire valoir les dommages occasionnés auprès de leur assurance », conclut Maxence de Rugy.